Derniers sujets
» Pokémon d'Antan
Sam 30 Juin 2018 - 10:10 par Invité

» Topsites et Référenceurs
Lun 18 Juin 2018 - 12:02 par Nao Onishi

» ► Validation des sprites personnalisés
Dim 3 Juin 2018 - 15:03 par Nao Onishi

» [PV + Hayate Shota] Entrainement
Sam 2 Juin 2018 - 22:40 par Hayate Shota

» (Libre) Dans les ténèbres
Mer 30 Mai 2018 - 11:35 par Sissi Rusty

» ► Brigade des Défis
Mer 30 Mai 2018 - 10:03 par Sissi Rusty

» [Libre] De roches et de pierres
Mer 30 Mai 2018 - 9:00 par Nao Onishi

» (Libre) Une route simple et calme
Mar 29 Mai 2018 - 12:06 par Sissi Rusty

» (Libre) Une ville en bord de mer
Mar 29 Mai 2018 - 10:30 par Sissi Rusty

» (Libre) Le vent se lève
Mar 29 Mai 2018 - 9:25 par Sissi Rusty

» [Libre] Escale à Argenta
Lun 28 Mai 2018 - 18:08 par Nao Onishi

» [Libre] Changement d'air
Lun 28 Mai 2018 - 18:07 par Nao Onishi

» (Libre) La ville aquatique
Lun 28 Mai 2018 - 14:32 par Sissi Rusty

» ►Les Pokemon des RPlayeurs
Lun 28 Mai 2018 - 11:43 par Yoshi Tsuki

» Salle des enchères
Lun 28 Mai 2018 - 11:35 par Maître du Jeu


Partagez|

[NotFunAtALL] Cathy seule au monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Ashley SlaadeDresseur - Observateur
Infos de base Masculin Age du personnage : 23
Messages : 829
Localisation : Carmin
Fiche RPG
Feuille de personnage
Pokédollars: 1 800 p$
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [NotFunAtALL] Cathy seule au monde  Lun 8 Jan 2018 - 1:01

Vous connaissez Masha Blum ? Sa mère, Cathy, était une femme formidable, pleine de courage et de bonne humeur, qui a su l'élever, seule, après le décès de son mari. Elle mérite son morceau d'histoire elle aussi.

"Oui, oui, je comprends. Dites-lui que nous arrivons très vite. Et...et...de nous attendre. M-merci...au revoir..."

Cathy Blum raccrocha le téléphone. C'était la maison de retraite où résidait son père, Henry. Son état de santé s'était subitement aggravé et il avait été transféré à l'hôpital d'Ho'ohale, mais dès les premiers examens il était apparu évident qu'il ne sortirait jamais de cette chambre. C'étaient ses reins, qui avaient simplement arrêté de fonctionner. Cela faisait un moment qu'il était souffrant, et ce n'était pas si étonnant que cela, mais elle ne s'attendait pas à ce que cela vienne si vite. Elle ne s'attendait pas à ce qu'on lui prenne son papa, comme cela, sans prévenir. Elle venait tout juste d'emménager à Bourg-Palette avec son fils, Masha, qui était aussitôt parti à l'aventure.
Elle se sentait coupable. Tellement coupable. Elle était parti d'Alola, et si vite son père perdait tout espoir de vivre encore. Elle avait l'impression de l'avoir trahi. Elle voulait être près de lui dans ses derniers instants et si jamais elle les manquait, elle ne se le pardonnerait jamais.
Elle prit un mouchoir pour essuyer ses larmes et son nez qui coulait un peu. Les yeux un peu rougis, elle ouvrit l'ordinateur pour consulter les avions disponibles pour rentrer à Akala. Il y en avait un qui entamait son embarquement dans juste une heure, ou bien il faudrait attendre la semaine prochaine...Non, elle ne pouvait pas attendre si longtemps. Elle avait le temps d'atteindre l'aéroport en une heure ! Elle n'avait pas le choix, elle devait le faire ! Et Masha...Elle allait trouver ! Elle n'avait pas le choix. Elle prit deux places immédiatement, et tant pis si elle les payait le prix fort.
Sans attendre une seconde, elle prit des vêtements pour deux jours, parce qu'elle n'avait pas le temps de préparer quoique ce soit de plus, pris les clefs de la voiture et partit. Une larme roula sur sa joue alors qu'elle conduisait, elle l'essuya hâtivement. Elle ne pouvait pas pleurer tout de suite, elle devait garder une vision claire pour conduire. Elle ne pouvait pas avoir d'accident. Pas maintenant.
Elle s'arrêta au laboratoire du professeur Chen sur le chemin, lui saurait l'aider pour amener Masha à temps à l'aéroport. Si il ne le pouvait pas, personne ne pourrait. Elle se dépêcha jusqu'au perron, gênée dans ses mouvements par sa jupe qui l'empêchait de courir, et son sac à main qui lui frappait périodiquement les côtes. Elle entra sans frapper et fit irruption dans le laboratoire où elle trouva le professeur, occupé à ses recherches. La voyant, décoiffée, l’œil humide, le gentil et vieux chercheur fut immédiatement empli d'une grande compassion.

"Cathy ! Quelque chose ne va pas ? Est-ce à propos de Masha ? Aux dernières nouvelles, votre fils s'en sortait très bien dans son voyage, vous savez," déclara-t-il un peu maladroitement, cherchant à la fois ce qui n'allait pas et en même temps à apaiser la mère de famille.

Cathy tenta de lui expliquer la situation entre ses hoquets. Chen la fit s'asseoir, elle tremblait et il craignait qu'elle ne tombe.

"-...il faut absolument que l'on prenne le prochain avion pour Akala, vous êtes mon seul espoir pour qu'il soit là à temps, et...je...
-Calmez-vous, Cathy. J'envoie un Dracolosse à Argenta pour récupérer Masha, il n'existe rien de plus rapide, rassurez-vous, il sera là. Allez donc à l'aéroport, il vous y retrouvera."

Elle n'exprima pas sa gratitude au professeur. Elle était pourtant bien réelle, mais tout se bousculait dans sa tête et ses pensées étaient déstructurées, il était impossible d'y mettre de l'ordre. Elle appela immédiatement son fils. Il se faisait un tel plaisir de faire ce voyage, que la discussion risquait d'être compliquée. Elle espérait juste qu'il serait gentil et ne ferait pas d'histoire, et se contenterait d'obéir à sa mère. Elle ne pouvait pas louper cet avion, elle ne pouvait pas manquer les derniers instants de son papa...
Masha décrocha, il n'eût pas le temps de dire un mot avant que Cathy ne commence à parler, aussi vite qu'elle le pouvait.

"-Oui Masha ! Je vais aller droit au but avec toi. Nous devons impérativement rentrer à la maison.
-Oh, pas de problème, je prend le bus et je rentre au Bourg..

Elle prit une voix douce et pleine de tristesse lorsqu'elle lui coupa la parole. Elle savait qu'elle brisait un peu un rêve pour son fils, et cela ajoutait à sa peine, mais elle ne pouvait pas faire autrement.

"-Pas cette maison mon chat. Nous rentrons à Alola, il y a un grave problème et nous devons prendre le premier avion pour rentrer. C'est à dire, celui qu'il y a dans 20 minutes. J'en ai parlé avec le prof Chen, il t'envoie un Dracolosse pour vite rentrer.
-Maman, j'ai 20 ans, je peux bien sav..
-FAIS CE QUE JE TE DIS !"

Elle avait perdu patience. Elle ne voulait pas s'énerver. Mais elle n'avait pas le temps pour lui expliquer ou le convaincre. Il devait venir immédiatement.
Il y eût une seconde de silence, la seconde la plus angoissante de la vie de Cathy. Elle voulait s'excuser pour ce débordement, mais elle n'osait pas. Elle voulait juste que Masha lui dise qu'il arrivait. Au bout de cette éternité, son fils prit une voix monotone et très neutre, annonçant qu'il la retrouverait à l'aéroport. Elle connaissait son petit, elle savait exactement ce que cela voulait dire. Il était déjà triste, et elle ne lui avait pas encore dit pour son grand-père. Lui en voulait-il ? Bientôt elle n'aurait plus que lui, plus que ce petit bébé qu'elle avait élevé seule depuis le décès de son mari. Ils devraient se serrer les coudes. Ils seraient seuls, tous les deux, à affronter le monde. Elle ne pouvait pas se fâcher avec lui.
Une autre larme perla entre ses cils, avant de subitement tomber et s'écraser sur le bureau du professeur Chen. Elle se leva, le remercia dans un balbutiement et repartit. Il lui restait encore toute la route jusqu'à l'aéroport, et très peu de temps.

Les trajets en voiture sont toujours plus stressants lorsque le temps nous manque. On a beau savoir qu'un trajet ne prend que dix minutes et avoir vingt minutes pour le faire, on ne peut s'empêcher d'en vouloir à chaque personne qui ralentit un peu, être prêt à craquer et à baisser les bras à chaque feu rouge, avoir envie de pleurer dès que notre pied touche la pédale de frein. C'était exactement comme ça, aujourd'hui. Pourtant, Cathy réussit à arriver à temps, elle se gara sur le parking. D'une main, elle tenait sa valise cabine et son sac à main, et de l'autre, elle remontait un peu sa jupe pour qu'elle puisse au moins trottiner.
Dans le hall de l'aéroport, aucune trace de Masha. Les Dracolosse étaient les plus rapides de la planète. Il aurait du être ici. Elle regardait sa montre toutes les dix secondes, inquiète. Pourquoi n'était-il pas là ? Elle l'appela. Il ne décrocha. Partagée entre son désespoir, son stress et une pointe de colère envers son fils qui grandissait chaque seconde un peu plus, elle décida de passer la porte d'embarquement sans lui. Il la retrouvera là.
Les autres passagers commençaient à monter dans l'avion, et Masha n'était toujours pas là. Cathy n'en pouvait plus. Rien n'allait aujourd'hui. Elle vivait un véritable enfer. Cette fois-ci, elle craqua et ne put retenir de grosses larmes chaudes qui se mirent à rouler abondamment de chaque côté de son visage. Elle avança jusqu'au comptoir pour parler à l'hôtesse qui contrôlait les passeports pas sûre de ce qu'elle pouvait lui dire pour retarder le décollage.

"Est-ce que l'on peut attendre un peu ? Mon fils n'est pas arrivé, et nous devons absolument prendre cet avion..."

L'hôtesse prit un sourire gêné. Il était difficile de ne pas compatir un tant soit peu lorsque l'on voyait le visage de Cathy qui trahissait sa peine.

"Nous décollons dans cinq minutes. Je suis désolée, je ne peux pas faire plus..."

Le regard de la mère de famille tomba sur la moquette de l'aéroport tandis que sa main essuyait l'un de ses yeux empli de larmes. Cinq minutes. C'était tout ce qu'elle avait. Elle s'assit sur une chaise, et fixait l'entrée de la salle, espérant à chaque instant que Masha surgirait.
L'hôtesse lui adressa gentiment la parole :

"Madame ? Je suis désolée, nous allons y aller. Vous désirez monter ?"

Comment ?! Mais ça ne faisait pas cinq minutes ! Ah...si...
Cathy poussa un profond soupir. Jusqu'au dernier instant, quelque chose en elle y avait cru. Maintenant elle devait faire un choix. Elle pouvait espérer que son père survive une semaine de plus pour prendre le prochain avion avec Masha, oui bien partir seule. Elle réfléchit un instant.
Elle ne pouvait pas laisser son bébé comme ça, elle ne pouvait pas l'abandonner. Ils devaient se serrer les coudes. Ils devaient être là l'un pour l'autre. Bientôt, ils n'auraient plus qu'eux deux. Elle continuait de se répéter ça. Elle n'aurait plus que son fils. Elle devait prendre le risque, parce qu'elle ne pouvait pas se séparer de lui.
Elle se tourna vers l'hôtesse

"Je suis désolée de vous avoir retardé...Vraiment désolée."

Le regard triste, elle prit la direction de la sortie. L'hôtesse prit la direction opposée, ferma la porte de l'avion derrière elle. Cathy marchait d'un pas lent et sortit de l'aéroport. Alors qu'elle arrivait à sa voiture, sur le parking, elle vit l'avion prendre son envol, tout en imaginant qu'elle aurait pu être à l'intérieur, avec Masha. Elle lui laissa un message vocal, lui expliquant le détail de la situation, le fait qu'ils avaient loupé l'avion, qu'ils prendraient le suivant.
Elle fit le chemin du retour plus prudemment. Elle n'avait plus aucune raison de se presser. Arrivée à la maison, elle espérait y voir Masha, mais là encore, aucune trace de lui. Où était-il ?
En début de soirée, n'ayant toujours aucune nouvelle de son fils, Cathy se décida à retourner voir le professeur Chen. Celui-ci lui apprit que son Dracolosse était revenu au laboratoire, et qu'il avait cru qu'il avait effectué sa livraison sans encombre. Elle rentra à la maison et fondit de nouveau en larmes.
Quand elle reprit un peu de contenance, la brave mère de famille se décida à rappeler encore une fois son fils, mais elle tomba de nouveau sur sa messagerie.

"Oui chaton c'est encore moi...Il faut que tu me rappelles, que tu me dises où tu es...Je suis inquiète...Et..." elle hoqueta. "Et si tu fais ça pour pouvoir continuer ton aventure, s'il te plaît, ne fais pas ça...Ce n'est pas la fin de ton voyage...On doit juste rentrer pour quelques semaines, et après on reviendra et tu pourras reprendre..." elle étouffa un sanglot alors qu'elle venait de parier sur la longévité de son propre père. "Je t'en supplie Masha, rentre à la maison, rappelle moi..."

Elle raccrocha. Trente seconde plus tard, elle se décida à appeler la police pour leur signaler la disparition inquiétante de son fils, mais ils affirmaient ne rien pouvoir faire, que c'était un adulte de vingt ans, et qu'ils ne pouvaient pas lancer des recherches pour si peu.
Elle se sentait si impuissante. Bien sûr que quelque chose n'allait pas, sinon il serait venu à l'aéroport. Quelque chose était arrivé à son bébé, et personne ne voulait l'aider. Aujourd'hui, elle avait perdu tout contrôle sur sa vie, elle n'avait fait que subir. Elle mangea un peu, mais l'appétit n'y était pas. Elle passa la soirée à attendre un appel qui ne vint pas. Au milieu de la nuit, lorsqu'elle abandonna enfin et se résigna à aller se coucher, c'est sur un oreiller trempé qu'elle dormit du sommeil le plus troublé qui soit.

Je me suis un peu laissé emporté, c'est plus long que ce à quoi je m'attendais, je finirai plus tard. Petit teaser : en fait, Masha est mort. Ça aura des conséquences. Et ça va être HORRIBLE.
avatar
Ashley SlaadeDresseur - Observateur
Infos de base Masculin Age du personnage : 23
Messages : 829
Localisation : Carmin
Fiche RPG
Feuille de personnage
Pokédollars: 1 800 p$
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [NotFunAtALL] Cathy seule au monde  Lun 5 Fév 2018 - 15:27

La sonnette de la porte d'entrée tira Cathy d'une des pires nuits de sa vie. Elle n'avait dormi que par courts épisodes, chacun tourmenté par un cauchemar différent. Deux fois durant la nuit, elle avait rêvé qu'elle assistait aux funérailles de son père. Chacune des deux fois, il se passait quelque chose avec Masha, chaque fois différent. Il y avait toujours un flot d'émotions qui se déversait sur elle, qu'elle ne contrôlait pas, de la colère, de la haine, de la culpabilité. Elle avait subi ces rêves. Elle s'était sentie mal comme rarement cela lui était arrivé. Elle s'était même surprise à toucher le second oreiller dans le lit, comme si elle espérait y trouver la présence rassurante de son défunt mari ; habitude qu'elle avait pourtant perdue il y a des années.
Alors quand elle entendit que quelqu'un était à la porte, elle était soulagée et pleine d'espoir. Soulagée, parce que ces cauchemars s'arrêtaient enfin, on l'avait sauvée en la faisant d'entrer dans une nouvelle journée, où elle revenait à la réalité, loin de ses angoisses. Et pleine d'espoir, parce qu'elle le savait. C'était Masha derrière la porte, cela ne pouvait être que lui. Ils allaient pouvoir discuter, s'expliquer, se réconcilier s'il était fâché, se consoler, être enfin réunis. Et unis, aussi. Unis dans cette période difficile qu'elle s'apprêtait à vivre.
Elle se tira du lit et glissa dans une robe de chambre et des chaussons confortables. Elle traînait des pieds vers l'entrée, toujours très fatiguée et dans un demi-sommeil. Le soleil perçait à travers les volets et des rayons illuminaient par endroit le parquet de la cuisine d'une belle couleur, il devait être tard. Mais elle était heureuse que tout cela soit fini.
Cathy enclencha la poignée. Son cœur sauta un battement. Elle voulait tellement espérer. Tellement avoir raison. Tellement voir son fils sur le palier.
Son visage se transforma.
Elle ne connaissait pas les deux individus face à elle. L'une était une petite rousse aux cheveux longs, aux yeux verts pâle et avec quelques tâches de rousseur et un visage fin. Elle portait un chemisier bleu ciel, ce qui lui donnait un air très doux, avec ses yeux. L'autre était un homme, de taille moyenne, plus mature, brun, aux yeux marrons, à la mâchoire proéminente, avec une barbe de trois jours, des sourcils broussailleux. Un instant, la mère de famille imaginait qu'il pouvait s'agir de démarcheurs, ou peut-être plus probablement de voisins qui venaient se présenter ; elle ne connaissait pas encore tout le monde. Mais l'air sérieux, gêné et un peu désolé -surtout de la rousse- trahissait qu'ils n'avaient rien de courtois à faire ici, ils venaient porteurs de nouvelle. Une mauvaise.
La rousse prit la parole en soulevant un badge au niveau de son buste :

"Cathy Blum ? Madame, nous sommes les officiers Demont et Stirp de la police de Kanto. Pouvons-nous rentrer ?"

La police. La police était là. C'était forcément à propos de Masha. Que lui était-il arrivé ? Qu'avait-il fait ?
Elle les laissa entrer.
Il avait eu un accident ? Il était à l'hôpital ?
Ils s'installèrent autour de la grande table du salon et s'assirent.
Ou alors il fait une bêtise, et avait passé la nuit en état d'arrestation ?
L'homme prit la parole :

"C'est au sujet de votre fils, Masha."

Elle le savait ! Mais qu'il parle, elle ne pouvait plus attendre !

"Ça ne sera pas facile à entendre, mais..."

Un dixième de seconde, une pensée terrifiante traversa l'esprit de la mère de famille. Elle imaginait le pire, elle imaginait la perte de son bébé, elle imaginait devoir affronter la vie seule, sans les deux seuls hommes qui restaient dans sa vie. Elle refaisait la journée d'hier dans sa tête et voyait que tout concordait. Mais cela ne pouvait pas être ça. Elle chassa très vite cette idée. Elle ne pouvait pas être seule. Masha allait bien. C'était évident. Stirp allait le confirmer.

"...nous avons retrouvé un corps sans vie dans la forêt de Jade, et il avait avec lui le Pokématos de votre fils."

Cathy était sous le choc. Et en même temps, ce qu'il disait ne voulait rien dire ! Il n'avait pas dit que c'était Masha, juste qu'il avait son Pokématos ! C'était n'importe quoi ! Pourquoi il faisait ça ?
La rousse poursuivit :

"Nous pensons que c'est Masha. Mais il semblerait qu'il ait fait une grosse chute, et l'identification est difficile."

Elle resta sans voix. Elle n'osait pas y croire. Ses yeux restaient secs. Elle n'avait aucune raison d'y croire. Ils n'en savaient rien. Demont l'avait dit elle-même, ils ne pouvaient pas identifier le corps.
L'officier brisa le silence qui s'était installé :

"-Est-ce qu'on peut vous montrer quelques photos pour que vous confirmiez ? Certaines sont assez dures à voir, vous n'êtes pas obligée.
-O-oui,"
balbutia Cathy, poussée par un sentiment qu'elle avait du mal à appréhender.

D'une part, elle voulait apporter la preuve formelle aux enquêteurs qu'il ne s'agissait pas de Masha, mais qu'ils devaient partir à sa recherche. Et forcément, il y avait une autre part d'elle-même, une part raisonnable et raisonnée, que son espoir et son amour pour son fils s'efforçaient de faire taire à tout prix, et pourtant qui parvenait à murmurer dans son esprit, cette part-là tentait de la mettre en garde face au danger. À la souffrance qui l'attendait si elle voyait ces images et y trouvait son fils torturé par les éléments.
Demont lança un regarda hésitant à Stirp qui approuva d'un léger mouvement de tête. Alors elle plongea sa main dans un cartable et en sortit un dossier, tout fin, qu'elle posa sur la table, devant elle. Elle dénoua le cordon qui le tenait fermé, l'ouvrit et prit dans ses mains un petit paquet de photos. Elle les tapota légèrement sur la table, pour les aligner, et les fit défiler devant ses yeux, les unes après les autres, très vite, pour en vérifier l'ordre. Elle en écarta un petit paquet. Cathy la regardait, dans cet état de stress insoutenable. Tout cela semblait si long. Pourquoi est-ce qu'elle faisait tant attention aux photos qu'elle allait montrer ?
Et puis Demont présenta enfin la première photographie. Pas de visage sur celle-ci, juste la mâchoire inférieure. Et puis une épaule, la droite. On voyait du sang, mais pas de blessures. Ce que l'on voyait surtout, aussi, c'était l'écusson bordé sur le pectoral. Cathy avait repassé suffisamment de fois ce T-shirt pour le reconnaître. Elle prit un air horrifié et se renfonça dans le fond de sa chaise, laissant sur place les photos. L'agent Demont reprit la parole :

"Madame Blum ? Vous reconnaissez quelque chose ?"

Cathy ne dit rien. Elle avait le regard vide, perdu dans le vague, posé sur la table, sans pour autant voir ce qui s'y trouvait. Elle sentait ses yeux s'humidifier et elle commençait à faire flou. Sans les regarder, elle demanda aux agents de partir, calmement, articulant avec difficulté. Ils la regardaient sans réagir, ne sachant quoi faire. La mère de famille rougissait.

"Sortez !"

Elle étouffa un sanglot. Les larmes commençaient à couler le long de ses joues alors qu'elle hoquetait.
Stirp reprit hâtivement les photographies et les replaça dans le dossier, qu'il donna à Demont. Ils trouvèrent eux-même la sortie. Cathy ne pouvait pas se lever. Elle était en colère. En colère contre leur indélicatesse, venir ainsi chez elle pour la confronter à ça. En colère contre elle-même aussi, de toutes les pensées qui avaient pu la traverser depuis la veille, tout ce qu'elle avait imaginé, toutes les raisons pour lesquelles Masha aurait pu être absent.
Elle prit sa tête entre ses mains. Rien ne parvenait à sécher son visage. Elle se laissa étendre sa tête sur la table. Elle était en-dehors de toute réalité. Un torrent pur d'émotions qui s'enchaînaient en elle. Plus rien n'était cohérent. Elle pensait juste à son petit, son enfant, son Masha, et toute la douleur qu'elle ressentait. Savoir qu'il ne serait plus jamais là. Qu'elle n'y pouvait rien, qu'elle était impuissante maintenant. Elle n'avait plus de force, plus de courage. Comment pourrait-elle s'en remettre ? Masha...Pourquoi lui avait-on pris son bébé ? Qu'avait-elle fait pour mériter ça ? Qui devait-elle blâmer ? Dieu, le destin, Arcus, le hasard, elle-même ?
Qu'est-ce qui justifiait qu'une mère pleine d'amour se retrouve privée de son fils ?

Not-fun fact, si ça ne vous a pas suffit : Demont & Stirp sont un anagramme de "Dors mon petit". Je voulais que la rousse s'appelle Isabelle Demont. L'autre, je m'en fiche, c'était juste pour concorder. Je trouvais ça sympa que leurs noms face ça, quand ils viennent apporter des certitudes à Cathy, la sortir de l'angoisse, première étape vers le repos, et annoncer en même temps le repos éternel de Masha.



[NotFunAtALL] Cathy seule au monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un Monde Parfait
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rising World :: RP Annexe
 :: RP Fun
-